vendredi 30 janvier 2009

Nature Living - Something need to be said about it

Nature Living - Something need to be said about it
01. As time goes on
02. What is the exactly way
03. Over there
04. Theory of life
05. Far side of the sun
06. Last page of my mind
07. Over my head


Something need to be said about it est le 3ème mini-album de Nature Living.
As Time Goes By prend tout son temps pour commencer. Malgré les guitares électriques et les quelques hurlements, la chanson reste plutôt douce et triste. Une très bonne chanson, à laquelle il manque toutefois un passage vraiment marquant pour la rendre excellente. Même souci pour What Is The Exactly Way.
L'intro d'Over There voit se succéder une partie douce et une partie explosive. Le souci vient de la transition entre les deux, bâclée. En dehors de ça, c'est une chanson plutôt agréable.
Theory of Life est un instrumental tout doux, façon, le soleil se lève sur le Terre. Pas franchement indispensable... Contrairement à Far Side of the Sun, vraiment excellente, avant de retomber dans quelque chose de plus moyen avec Last Page of my Mind. Les couplets de Over my Head, sombre et chantés tout bas par Seiichiro sont excellents, mais les refrains viennent comme un cheveu sur la soupe et sont vraiment désagréable, notamment à cause de coeur... Dommage de fini l'album sur cette mauvaise note...
Something needs to be said about it est un bon mini album, composé de chansons rock/punk de qualité. Sans aller jusqu'à dire que toutes les chansons se ressemblent, ce qui serait assez faux, l'homogénéité du cd rend difficile l'isolement de telle ou telle chanson. Elles sont toutes bonnes sans être excellente, et en général, j'écoute le mini album d'un coup, sans sélection. Je ne sais pas vraiment si c'est une bonne ou une mauvaise chose..




jeudi 29 janvier 2009

STUDIO APARTMENT - PEOPLE TO PEOPLE


STUDIO APARTMENT - PEOPLE TO PEOPLE
01. Message
02. One true love (feat Stephanie Cooke)
03. Journey
04. We are lonely (feat Terrance Downs)
05. Landscape
06. Love is the answer (feat Joi Cardwell)
07. Evolution ? (feat Akiko)
08. Spirits
09. Questo mondo immenso
10. Isn't she lovely (feat Kenny Bobien)
11. Episode
12. Dazzling

STUDIO APARTMENT est un duo composé d'un producteur/DJ, Masanori Morita et d'un pianiste, Noboru Abe. Il ont été popularisé sur la scène Jpop par leur excellente collaboration avec Ami Suzuki sur le morceau Bitter... et par leur remix du tube des Kimaguren, Life. Mais ils n'avaient pas vraiment besoin de ça, car ils étaient déjà renommés dans le monde entier bien avant. Le duo est en effet le groupe House japonais le plus connu dans le monde. Attention, on ne parle pas vraiment ici de la même House electro d'un David Guetta, la musique de STUDIO APARTMENT est très différente. En général plus lente, plus riche d'influences Jazz, Soul, latines, brésiliennes, c'est un mélange assez détonnant. Pour vous donner une idée, quelqu'un qui ne connaissait pas m'a une fois demandé si c'était de l'électro samba. Le mieux pour savoir vraiment à quoi ressemble le son de STUDIO APARTMENT reste encore d'écouter un album.
People to People est le troisième album du duo, sorti le 6 juillet 2005. C'est le premier que j'ai découvert, donc je vais commencer par celui ci. Toutes les pistes de cet album sont fortement marquées par un coté lounge qui leur permet d'être écouté en fond sonore, mais aussi pour danser. Personnellement, c'est un de mes albums préférés pour faire le ménage ou la vaisselle (je ne sais pas si c'est vraiment un compliment, mais j'ai remarqué ma tendance naturelle à le mettre dans ces cas là...). L'album se divise en deux catégories égales, les morceaux instrumentaux et les chansons. Parmi les instrumentaux, il y a 3 courts interludes, mais qui ne sont absolument pas là pour remplir l'album (qui n'a pas besoin de ça, la durée moyenne des morceaux étant de 7 minutes) et s'écoutent avec plaisir. Les 3 autres morceaux instrumentaux sont d'excellentes qualité, Journey étant très planant, Dazzling festif et Landscape un peu des deux. Si lorsque l'on écoute l'album pour la première fois et/ou d'une traite, on peut avoir l'impression d'une grande homogénéité qui rend tous les morceaux ressemblants, à la longue, on se rend bien compte que chacun a sa propre personnalité. Love is the answer est le morceau le plus dansant et festif, Questo mondo immenso surprend par l'usage du portugais parlé, One true love réconforte (ou déprime, c'est selon) avec ses paroles rassurantes, le synthé de We are lonely peut être un peu dérangeant, mais donne finalement à la chanson son caractère, la reprise de Isn't she lovely est prévisible, car Stevie Wonder est l'idole de Noboru Abe. Enfin Evolution ? surprend. Plus lente, moins festive, presque inquiétant, c'est un morceau assez fascinant.

People to People a été mon premier pas dans l'univers de STUDIO APARTMENT et de ce type de musique de façon générale. Loin d'être le dernier, il a marqué le début de mon addiction qui ne cesse de s'amplifier, au point de m'inquiéter car bientôt, je risque de n'écouter que ce style, et ça serait dommage... Enfin, peu importe, c'est un excellent album que je vous recommande chaudement. Aucune bombe ne se dégage vraiment (même si One true Love, Love is the answer et Evolution ? sont les chansons qui me marquent le plus), mais l'album est tellement bien foutu que ce n'est pas un souci et qu'il s'écoute d'une traite.





lundi 26 janvier 2009

blanc. - New World

blanc. - New World
01. new world
02. discovery
03. oddyssey
04. rendez-vous
05. high tide
06. some days
07. cruise
08. only worlds
09. deep sleep
10. morning departure
11. new world/remix by Blaise Plant (The Alphabet Project)


blanc. est le nom du projet solo de Maynard Plant, membre de Monkey Majik. Là où lors de leurs escapades solo, la plupart des artistes ont l'habitude de prolonger le style de leur groupe, blanc. s'éloigne beaucoup de ce que fait Monkey Majik. Même s'il faut noter qu'aujourd'hui, avec des chansons comme going places, le groupe semble emprunter cette voix un peu expérimentale.
New World, le premier album de blanc. nous présente une série de chansons que je qualifierai d'électro accoustiques. En effet, on retrouve des sonorités assez naturelles sur l'album, la guitare acoustique et le piano sont très présents. Mais l'utilisation de boites à rythme, le digicodage de la voix et le mixage particulier apportent une touche très artificielle et irréelle aux morceaux. La structure des chansons, souvent basées sur la répétition des mêmes strophes, ajoute encore à cette impression. Mais là où le mélange pourrait sembler indigeste (comme lors des premières écoute du morceau New World), il se révèle totalement addictif. La plupart des morceaux sont assez rythmés (certains ont même des influences bossa nova, comme Morning Departure), mais sont loin d'être joyeux pour autant. Mélancolie et désillusion sont les thèmes qui se dégagent de l'album, musicalement et au niveau des paroles, toutes en anglais.
Un album un peu expérimental, qui nécessitera peut être quelques écoutes pour être apprivoisé, mais dont tous les chansons (à l'exception de Some Days que je n'aime pas trop) sont excellentes.



mercredi 21 janvier 2009

Joanna Wang - Star From Here

Joanna Wang - Star From Here
01. Let's Start from Here
02. Lost in Paradise
03. As Love Begins to Mend
04. Bada Bada
05. Lost Taipei
06. The Best Mistake I've Ever Made
07. I Love You
08. For No Reason
09. Stages of Flying
10. True
11. New York State of Mind
12. 50 Ways to Leave Your Lover
13. We've Only Just Begun
14. 迷宮 (Let's Start from Here mandarin version)
15. 有你的快樂 (Lost in Paradise mandarin version)
16. 因為你愛我 (As Love Begins to Mend mandarin version)
17. For No Reason (Mandarin version)

Start From Here est le premier album de la chanteuse taiwanaise Joanna Wang , sorti le 11 janvier 2008.
D'une tonalité très jazzy, il allie des compositions accrocheuses à la superbe voix de Joanna. On y retrouve également des reprises. Majoritairement en anglais, il a néanmoins très bien fonctionné niveau ventes, la chanteuse étant une des révélations de l'année 2008.
Let's start from here ne vous sera peut être pas inconnue, puisque c'est une reprise de la chanteuse mink. Tout l'album se laisse écouter avec plaisir, il est très homogène, donc si on aime une chanson, il y a fort à parier que tout plaira. Dans le même temps, on est très loin des albums de Cpop habituels, où toutes les ballades se ressemblent. C'est peut être aussi pour cela que l'album a bien marché, le son étant très différent de ce qu'on a l'habitude d'entendre en Chine. Certaines chansons se détachent néanmoins, comme la reprise du tube de Spandau Ballet, True, Bada Bada, New York State of Mind et 50 Ways to Leave Your Lover... Mais La chanson du CD est pour moi The Best Mistake I've Ever Made. Les paroles sont assez fortes et Joanna parvient parfaitement à retranscrire l'ambiance érotique du morceau, tout en maintenant l'émotion à son comble.
A la sortie du CD, Joanna Wang a affirmé qu'elle ne le trouvait pas assez personnel, et qu'elle espérait faire du meilleur travail sur le prochain album... Et bien quand on écoute Start From Here, on a vraiment hâte d'entendre Joanna & Wang Ruo Lin, le deuxième album, sorti le 16 janvier 2009.



dimanche 18 janvier 2009

Monday Michiru - CO - collaborated works of MM-


Monday Michiru - CO - collaborated works of MM-
01. YOU MAKE ME-STUDIO APARTMENT Remix-
02. The Right Time(Jephte's King Street Vocal)
03. TIGER EYES feat.MONDAY MICHIRU
04. The Real Thing feat.Monday Michiru meets Rasumus Fader
05. Sunshine After The Rain(MAW 12"Mix)
06. BUTTERFLY
07. A.D.D.P.
08. SHOOTING STAR feat.MONDAY MICHIRU
09. New Beginnings
10. Higher(Spiritual Life Vocal)


CO - collaborated works of MM- est un album sorti le 19 septembre 2007 et regroupant quelques unes des nombreuses collaborations de Monday Michiru. Il s'agit uniquement de chansons rythmées, sans être frénétiques, assez longues (plusieurs frôlent ou dépassent les 10 minutes). Le son est assez lounge, house, voire club, avec toujours un coté world music, que ce soit dans la musique ou la façon de chanter. La voix de Monday Michiru est magnifique, très chaude, et pas du tout typée japonaise. Elle chante d'ailleurs la plupart des chansons dans un anglais parfait.

You Make Me Want est ici remixée par Studio Apartment, que les fans d'Ami Suzuki connaissent bien désormais. Nous avons ici une excellente chanson club, avec des refrains particulièrement efficaces et des couplets intéressants. Le chant de Monday Michiru est parfait, dommage par contre qu'il faille supporter des longues intro et outro peu intéressantes.
The Right Time est une chanson de près de 10 minutes, où le chant de Monday Michiru, comme toujours excellent (avec en bonus des choeurs très chaleureux) est entrecoupé d'un long solo d'un instrument dont je ne me souviens plus du nom (la honte!). Les paroles en anglais sont très sympathiques. Typiquement le genre de musique lounge que l'on peut passer en fond sonore pendant l'apéro. Mais cela s'écoute aussi très bien en d'autres circonstances...
Nous retrouvons ensuite Tiger Eyes en version anglaise, collaboration avec Jazztronik., qui reste aussi décevante par rapport à la version de Fukko (ex-chanteuse du groupe Core of Soul, aujourd'hui en solo sous le nom de LOVE). Pas rapport à la géniale chanson originale, la guitare acoustique a disparu, le piano est plus grave, le pont contient des sonorités assez ridicules... Quitte à mettre une collaboration avec Jazztronik, pourquoi ne pas avoir choisi la mythique Mista Swing.
J'ai mis longtemps à comprendre pourquoi je n'aimais pas The Real Thing. La chanson, rythmée et ensoleillée, avec des cuivres très sympa et de bons chœurs ressemblent pourtant aux chansons précédentes que j'adore... Le souci vient des percussions. Le beat est toujours le même, comme sur les autres chansons, mais ici, il est mis en avant, et on n'entend que ça. Cela est vite irritant et donne une impression de répétitivité extrême. Dommage car il y avait du potentiel...
Plus de 12 minutes au compteur de Sunshine after the Rain, qui est une chanson très sympathique. C'est parfait en fond sonore, juste rythmé comme il faut, avec quelques variations, je l'aime beaucoup.
Butterfly (produite par Mondo Grosso / Shinichi Osawa) est assez étrange. Elle commence par un solo de piano sur lequel Monday Michiru chante, puis brusquement la chanson commence, avec un rythme assez étonnant et en tout cas inattendu. La chanson est plutôt sympathique, sans être transcendante, sauf au moment de l'excellent pont.
ADDP est une collaboration avec m-flo. Il s'agit d'une chanson très rythmée, mêlant electro, disco et musique funky. La participation de Verbal se limite aux quatre mots "Analyse, Dissect, Detect, Process", qui restent scotchés dans la tête. Monday Michiru interprète l'excellente chanson avec conviction, nous mettant irrémédiablement de bonne humeur. Sans doute la meilleure chanson de l'album.
Shooting Star aurait pu être excellente. La mélodie est plutôt sympathique, et la basse très mise en avant apporte une coté funky intéressant. Mais comme sur The Real Thing, je trouve le beat trop fort par rapport au reste. De plus, certaines sonorités sont désagréables, notamment ce tintement métallique pendant les refrains. Un peu rageant...
Avec New Beginnings, nous embraquons pour l'Afrique, avec un chant très typé de Monday Michiru, sur une musique jazzy tribale excellente et des paroles inspirées. Une vraie merveille.
L'album s'achève avec Higher, qui dure quand même plus de 14 minutes... Le morceau a deux parties de durées quasi équivalentes. Tout d'abord la chanson, qui est excellente, rythmée, avec des chœurs sympathiques et l'ajout d'instruments agréables, comme la flûte traversière. J'ai un peu de mal avec la façon de chanter de Monday sur les couplets cela dit. Mais les refrains sont excellents. Dans sa seconde partie, c'est un peu comme si le morceau recommençait, puisque les instruments se mettent peu à peu en place, avec des percussions, et de longs solo de violon (en fait, on entend le violon pendant quasiment toute cette partie). Original et intéressant. Il ne reste niveau chant que les chœurs, qui scandent "Higher and Higher"... Au final un morceau très sympa, même si de par sa longueur et son style, c'est plutôt le genre de chose que l'on écoute en faisant autre chose.

Cet album est un excellent moyen pour découvrir la superbe Monday Michiru. Bien sûr, il ne faut pas être complètement réfractaire au style, mais ça vaut toujours le coup d'essayer, et je ne pense pas que quiconque puisse résister au charme et à la voix de la belle...




vendredi 16 janvier 2009

Nature Living - Sign of Bright

Nature Living - Sign of Bright
01. Unforeseen
02. I wish I could be there
03. This is for us
04. This time
05. All will break
06. 3567
07. Nothing of the sort


Nature Living est un excellent groupe de punk/emo/scream/J'en sais trop rien... Sign of Bright est leur 4ème mini-album, sorti le 22 mai 2007.
I wish I could Be There, première chanson de l'album (Unforeseen n'est qu'une petite introduction électronique) est magistrale. Elle représente tout ce que j'aime chez Nature Living. Ce son rock/punk, cet ajout d'électro discret mais capital (comme sur le pont), cette voix si expressive dont le chanteur module à loisir la nasillarité, les "hurlements" qui peuvent sembler agressifs aux non-habitués (comme moi en fait), mais qui sont dispensés avec parcimonie et efficacité. Une excellente piste.
This is for Us est le chef d'œuvre de l'album (et peut être de toute la discographie du groupe). Intro au piano, rejoint par tous les instruments, parties instrumentales excellentes, mélodie imparable, refrains magistraux, apparition des cordes, fin orgasmique. Rien à jeter dans cette merveille.
Encore du piano pour entamer This Time, sorte de ballade très rock et très sympathique, notamment pendant les quelques phrases du refrain.
All Will Break vaut surtout pour son extraordinairement efficace refrain, qui revient plusieurs fois sous différentes instrumentations. Cette excellence contamine toute la chanson et en fait un morceau à ne pas rater. L'ajout de chœurs féminins est un énorme plus.
3567 et Nothing of the Sort sont deux bonnes chansons, mais qui ne se démarquent pas vraiment. Agréables à l'écoute, mais que l'on ne retient pas vraiment.

Un excellent mini album du groupe, plutôt accessible. This is for Us en est vraiment le sommet, à écouter absolument!



samedi 10 janvier 2009

FREENOTE - Walkman


FREENOTE - Walkman
01. Walkman
02. Our Song
03. TELEPATHY


Walkman est le troisième single de FREENOTE, sorti le 02 mars 2005.
Walkman
est une chanson que le piano et le rythme saccadé de la batterie rendent très sympathique. La voix de Chikako, un peu nasillarde mais sans que ça soit déplaisant parachève la bonne impression. Our Song lâche les guitares électriques, qui restent néanmoins en fond sonore. La composition fait penser à The Brilliant Green, mais la voix est très différente de celle de Tomoko Kawase. Je suis un peu plus partagé sur TELEPATHY, beaucoup plus pop/rock que le reste... C'est plutôt agréable, mais ça sonne un peu trop moumoon quand ils imitent Avril Lavigne.

Walkman est un de ces singles où aucune chanson n'est réellement bluffante, mais que l'on écoute avec plaisir et sur lequel on apprécie de revenir de temps en temps. A essayer.



mardi 6 janvier 2009

Shinichi Osawa - The One


Shinichi Osawa - The One (2007/09/26)
01. Star Guitar [Vocals by Au Revoir Simone]
02. Detonator [Vocals by Princess Superstar]
03. Electro411
04. Our Song [Vocals by ULTRA BRAiN]
05. Dreamhunt [Vocals by Rubies]
06. Push [Vocals by Ania]
07. Rendezvou
08. The Patch
09. Last Days
10. State of Permission [Vocals & Co-produced by Freeform Five]
11. Foals [Vocals by Nelson]
12. The Golden
13. Maximum Joy
14. Ami Nu Ku Tuu (The One Version) [Vocals by RYUKYUDISKO]


Depuis qu'il a composé WHAT A FEELING pour Namie Amuro, tout le monde connait Shinichi Osawa. Le DJ est d'ailleurs devenu une des coqueluches de la maison de disques avex, qui lui fait remixer les morceaux de ses pouliches et lui a proposé le projet ravex, dont je parlerai peut être plus tard (un jour où je serai de mauvaise humeur).
The One est le premier album de Shinichi Osawa chez avex, le premier sous son vrai nom, puisqu'il officiait auparavant sous le pseudonyme de Mondo Grosso (dans un style d'ailleurs assez voire très différent). L'album se compose de deux types de morceaux. Des chansons sur lesquels Shinichi Osawa a invité des artistes en général occidentaux et des morceaux instrumentaux où l'on retrouve parfois quelques interjections ou phrases répétées en boucle. Dans les deux catégories, on retrouve des morceaux calmes et d'autres complètement explosifs, parfois un peu trop d'ailleurs. Detonator, Electro411, Rendezvou et The Golden sont à ce titre un peu difficiles d'accès et assez répétitifs (tout en étant, si on est d'humeur totalement jouissifs). Les autres morceaux instrumentaux sont plutôt bons (The Patch, Last Days, Maximum Joy et Ami Nu Ku Tuu). C'est du coté des chansons que l'album se révèle à tomber par terre. Si State of Permission est assez ennuyeux, Star Guitar, Our Song, Dreamhunt, Push et Foals sont de vraies merveilles. Push est très agressif, mais assez prenant et Foals fait penser à du rock anglais qui aurait été boosté à l'électro. Le jouissif Star Guitar est une reprise d'un titre de Chemical Brothers, assez proche, mais améliorée, notamment par les voix assurées par l'excellent trio Au revoir Simone. Les deux merveilles parmi les merveilles sont Our Song et Dreamhunt. Le premier, plus électropop que le reste de l'album possède un refrain totalement addictif, le truc qui vous reste en tête des heures durant et une outro orgasmique. Le chef d'oeuvre est completé par une vidéo magistrale. Dreamhunt est relativement plus calme, mais les arrangements et la partie vocale assurée par les géniales Rubies en font quelque chose d'au moins aussi séduisant.
Avec The One, Shinichi Osawa a placé la barre très haut. L'album est très varié et même les morceaux les moins engageants a priori révèlent leur potentiel au fil des écoutes. Alternant morceaux ultradansants et plus calmes, il évite le trop plein qu'on retrouve parfois sur certains albums électro... Définitivement à ne pas rater, quitte à se focaliser sur les meilleurs morceaux si on n'aime pas l'electro extrême...



dimanche 4 janvier 2009

Rin Toshite Shigure - moment A rhythm


Rin Toshite Shigure - moment A rhythm (2008.12.24)

Rin Toshite Shigure n'est définitivement pas un groupe comme les autres et nous le montrent avec leur dernier single. Composé d'un seul morceau de 16min 50s, moment A rhythm se décompose néanmoins en deux parties à peu près égales : une chanson à proprement parler et une très longue outro. C'est un excellent moyen de découvrir le groupe, si ce n'est pas déjà fait, car le morceau n'est pas aussi extrême que la plupart de leurs travaux. Il s'agit d'une longue complainte post rock dans laquelle seul TK chante. Et pour une fois, il ne s'égosille pas et ne chante pas trop aigu (ce qui n'est pas d'habitude une mauvaise chose, mais il faut reconnaître que ça change), même s'il y a des petites envolées de voix très sympathiques. La chanson monte progressivement en puissance et en émotion, jusqu'à ce que l'outro , beaucoup plus calme et expérimentale prenne le relais. On entend alors l'écho de la voix de 345 (rassurez vous, c'est un pseudonyme...), la chanteuse du groupe.
Le tout est totalement excellent, parvenant en quelques accords de guitare a créer une ambiance très particulière qui touche au coeur... A ne pas rater.

samedi 3 janvier 2009

J'aime pas la Jpop!

Je ne sais pas vous, mais moi, quand on me demande quel genre de musique j'aime, j'ai du mal à répondre... Bien sûr, on peut toujours dire "J'aime bien la musique asiatique", mais les gens pensent qu'on écoute de la musique zen ou des tambours du Japon en faisant son yoga. Et puis la musique asiatique, c'est pas un genre en soit, personne n'aurait idée de dire "Ah moi, j'écoute que de slovaque, c'est tellement musical"... Pour être plus précis, on peut dire qu'on écoute de la Jpop... Alors là, il y a grosso modo deux réactions. Ceux qui n'ont absolument aucune idée de ce dont il peut s'agir et qui vous toisent d'un air circonspect et ceux, les pires, qui regardent vaguement un anime de temps en temps, voire un drame et qui du coup pensent que la Jpop se résume à ces affreux génériques. Du coup vous êtes grillés, et tout le monde a un sourire en coin lourd de sous-entendus en disant "Lui, il écoute de la Jpop"... Combien de fois n'ai-je pas eu envie de crier "Nan! J'aime pas la Jpop!". C'est vrai quoi, j'aime la bonne musique, c'est tout. Qu'elle vienne du Japon ou d'ailleurs.